Recevoir Quindi en RSS ou E-mail

  • http://www.wikio.fr
  • Pour recevoir Quindi directement sur e-mail, insérez votre adresse:

     

Quindi est membre

Quindi est lu dans 150 pays, tante grazie!

Réseau Quindi

Mes Lectures et DVD sur Amazon

Urgences

  • Image hébergée par servimg.com

Quindi Digest (AGS, EcoDem, Echiquier, Blogs RI)

Traduire

Flux

  • Creative Commons License

    PageRank Actuel
    Nethique.info

« Quindi... Naissance de l'Alliance Géostratégique | Accueil | Quindi... La recherche de réciprocité dans les relations entre l’UE et la Chine, premiers pas de la construction du système multipolaire »

05 mars 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ledem

Salut

Quid de ce que tu proposes et de ce qui est prévu dans le TDL, en particulier le fait qu'il y soit repris la logique de défense mutuelle telle qu'elle est prévue dans l'article 5 du traité de l'atlantique NORD?

6 pays de l'UE (qui se disent neutres) ne font pas partie de l'OTAN mais du PPP, doivent-ils obligatoirement intégrer la PESD? Le caractère complexe de ce qui est prévu dans le TDL a suscité des interrogations lors du dernier référendum en Irlande. A ce propos des 6 pays qui se disent neutres comment expliquer que 4 d'entre eux sont intervenus ( si j'ai bien tout compris) en Afghanistan avec les troupes de l'OTAN?

Toujours en adéquation avec le TDL (qui logiquement sera ratifié) la relation avec l'OTAN y est gravée dans le marbre, non? D'ailleurs ce qui est prévu est très complexe en particulier ce paragraphe :
" La politique de sécurité et de défense commune inclut la définition progressive d'une politique de défense commune de l'Union. Elle conduira à une défense commune, dès lors que le Conseil européen, statuant à l'unanimité, en aura décidé ainsi. Il recommande, dans ce cas, aux États membres d'adopter une décision dans ce sens conformément à leurs règles constitutionnelles respectives.

La politique de l'Union au sens de la présente section n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, elle respecte les obligations découlant du traité de l'Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre."

Ca me fait penser à ce qui est prévu dans le fonctionnement des futures institutions avec la notion du principe de subsidiarité qui dit en gros que le but de l’UE serait de traiter préférentiellement des domaines dont les objectifs de l'action envisagée pourraient être mieux atteints au niveau européen. Si je comprends bien le paragraphe du TDL, si un pays estime que sa défense est mieux réalisée dans le cadre de l'OTAN( sorte de principe de subsidiarité), il n'a aucune obligation formelle de participer à la PESD. C’est très très complexe et cela ne facilitera pas l'émergence d'une réelle force de défense européenne à court et moyen terme.

Cela va plus dans le sens de ce que tu écrits c'est à dire que l'on va vers des zones d'eurodéfense ou ne participeront que certains membres de l'UE.

Juste une remarque à propos de la PESC et de sa relation avec l'OTAN. Les français, qui se veulent les « champions » de l'indépendance, ont-ils conscience qu'en ratifiant le traité de Maastricht par réferendum, ils ont jeté les bases des négociations en cours (démarrées sous Chirac) pour que la France participe de nouveau au commandement intégré de l'OTAN, du moins c'est mon interprétation. Il n'y avait pas que l'enjeu de la monnaie unique dans le traité de Maastricht....

à plus.

ArnaudH

Salut LeDem,

Très bonnes questions. Pour ma part je considère que le TdL demeure vague et manque d'ambition en matière de sécurité et de défense (ce qui est moins le cas dans le domaine de la diplomatie avec la création du Service Européen d'Action Extérieure). Le TdL précise que la question de l'intégration en matière de défense pourra être traitée dès que le Conseil donnera son accord unanime, tout en faisant référence à la défense mutuelle (sans s'en donner les moyens concrets hors OTAN). Mais cela ne nous permet d'avancer qu'avec de très petits pas, notamment avec des accords bilatéraux ponctuels comme à Saint Malo en 1998 entre les deux principales puissances de projection européennes, la France et le Royaume-Uni. Par ailleurs, comme tu l'indiques, l'OTAN demeure la pierre angulaire de la sécurité continentale. Pour échapper à ces deux systèmes qui privilégient l'existant, et le développement long d'une défense européenne par paliers en fonction des besoins (notamment en fonction des limitations de l'Alliance Atlantique pour les missions civiles ou dans certaines zones comme en Afrique), je souhaitais faire une proposition qui permette à chacun de trouver sa place dans une défense européenne immédiate et modulable (« l'Eurozone »), tout en préservant l'OTAN, chère à certains, et dont le Compact Stratégique doit être revu. La référence que tu fais à la subsidiarité devient dans la réalité modulable en fonction des désidératas de chaque Etat membre avec des coopérations renforcées (« permanentes »). Tout cela intègre les pays « neutres » dont certains participent aux opérations de l'alliance en Afghanistan, et d'autres aux opérations de la PESD en Afrique (Irlande au Tchad / RCA, Suisse (!) dans le Golfe d'Aden).

Le problème se pose moins pour la diplomatie (PESC) grâce en grande partie aux efforts de Javier Solana depuis une décennie et la mise en place du système depuis Maastricht. Cependant, personne n'a une idée claire de ce que sera le SEAE et son fonctionnement parallèle avec les services diplomatiques nationaux, que ce soit sur le terrain – ambassades / délégations européennes / SEAE – ou à Bruxelles – Haut Représentant à la Politique Etrangère / Commission / Conseil / Parlement. Le problème du contrôle parlementaire se posera aussi sur ces deux sujets qui ne sont pas soumis à la co-décision, d'où besoin d'une réforme institutionnelle post-TdL.

Finalement, pour la décision des français lors de Maastricht, ils demeurent en phase avec cette décision (même s'ils n'en sont pas forcément conscients), avec des opinions très favorables à la mise en place d'une sécurité commune dans les Eurobaromètres des dernières années.

ledem

Effectivement le TdL est vague, je dirais même qu’il est très ambiguë et complexe sur ce sujet. Il n’y à rien de concret et comporte beaucoup de trop de portes de sortie afin de permettre toutes les éventualités.

Maintenant faut-il être défaitiste comme H.Vedrine, qui part du principe que faute de moyens (c’est un vrai problème) il n’y aura pas une Europe de la défense et que par conséquent il ne sert à rien à la France de revenir dans le gouvernement intégré de l’Otan ? Ou faut-il comme Sarko être volontariste afin de de tenter de faire bouger les choses de l’intérieur ?

Perso je suis sur une approche volontariste et qui ne tente rien n’a rien. Les arguments de ceux qui sont sur une logique d’indépendance de la France sont un peu légers car ils présupposent certaines choses, sont sur une logique de pertes de symboles ou d’originalité de la France : est-ce encore d’actualité de raisonner ainsi ?

Pourquoi les européens ne pourraient-ils pas investir dans l’armement afin de rattraper leur retard dans de nombreux domaines et dans le but à terme de ne plus être dépendant des USA ? De plus, c’est une source d’emplois non négligeable. Mais bon ça parait un voeu pieu lorsque que l’on voit que les européens n’arrivent pas à mettre en place une politique énergétique européenne cohérente : les Allemands s’associent avec les Russes en ce qui concerne le nucléaire, Areva négocierait avec des pays du Moyen Orient, etc…

En ce qui concerne Maastricht le fait que les français votent en ne se focalisant que sur une partie me conforte dans mon approche anti-référendum sur des sujets trop techniques et complexes.( je publierais plus tard une de mes contributions en ce sens) . Ce qui me rassure c’est que bon nombre pensent comme moi…De plus quand on lit un sondage récent, plus de 50% des Français ne s’intéressent pas aux européennes pour l’instant et quand ils s’y intéresseront ils s’exprimeront en fonction d’enjeux nationaux et non européens : ce n’est pas sérieux !!!!

ArnaudH

Sur l'approche volontariste, je suis plutôt sur la même ligne (c'est le moindre qu'on puisse dire après ces quelques pages) car la politique de défense est rarement une constante, et ceux qui ne le reconnaissent pas sont souvent dépassés. Par contre, à l'heure actuelle, les gestes de Sarko en matière de PESD sont bien trop légers (cf. dernières avancées sur la PESD lors de la PFUE) et ne me permettent guerre d'être optimiste sur ses objectifs réels (plus probablement atlantistes). Tant que la réintégration du commandement unifié ne signifiera pas un compromis historique permettant d'avancer en matière de PESD, je resterai opposé à cette mesure, même si je considère cela un faux-débat (qui nous détourne du débat public sur la défense européenne), symbolique tout au plus.

Autant je suis d'accord sur la partie référendum: voter sur un tel package a perdu son sens car c'est en effet devenu trop technique, autant sur Maastricht, savoir qui a voté pour quoi, notamment lorsque l'on intègre les ratifications dans les 12 pays membres de l'époque... cela mérite étude approfondie. Sur le vote à venir, les considérations individuelles ne me dérangent pas plus que ça (c'est le principe même de démocratie, on a le droit de voter contre le système, ou pour des considérations "locales"). Ce qui me dérange réellement est le manque d'information / pédagogie publique sur les politiques et institutions européennes, cela me semble un déni de démocratie de ne pas informer correctement ses citoyens, surtout par le biais du service public.

[Edit 13 mars] Sur l'OTAN, c'est la position du Gral. Morillon qui me convient le mieux: http://www.leparisien.fr/politique/general-philippe-morillon-cette-decision-me-gene-12-03-2009-439433.php

Michel Hinard

Arnaud, je t'ai tagué pour une chaîne sur ta vision de l'Europe http://detoutesnosforces.hautetfort.com/archive/2009/03/22/si-l-europe-etait.html#more

vincent15

Double Tag ^^

http://www.democratiedurableblog.fr/index.php?post/2009/03/24/Moi-si-jetais-lEurope

ArnaudH

Salut à tous les deux, ne voulant plus répondre aux chaînes, je vous réponds dans les commentaires:

- si l'Europe était un personnage: un diplomate sans aucun doute, Jean Monnet de toute évidence, mais pourquoi pas un Javier Solana, Jean Marie Guéhenno, Staffan de Mistura, etc.
- si l'Europe était une ville: Nicosie (c'est une des villes qui a subi le plus d'influences culturelles au monde, qui est un carefour de civilisations, dernière ville partagée du continent)
- si l'Europe était une chanson: Peter Gabriel, Sinead O'Connor et Sting "Don't Give Up": http://www.youtube.com/watch?v=zviIRQouyeQ
- si l'Europe était un livre: Le Nom de la Rose d'Umberto Eco (l'histoire, toujours l'histoire)
- si l'Europe était un tableau: Bleu II, 4.3.61 de Joan Miro (difficile d'explique l'abstrait, c'est plus une question de ressenti)
- si l'Europe était une fleur: une Marguerite (facile en revenant d'Italie, unis dans la diversité)
- si l'Europe était un animal : un dauphin (agit seul ou en groupe, de façon amicale et intelligente tout en étant une espèce fragile)

Claudio Pirrone

Hi guy :-)

Dsl pour le HS, juste pour te dire que je t'ai répondu sur le site http://arbalettecentre46.politicien.fr/general/2009/04/29/le-modem-anglais-de-fran-ois-bayrou-avec-des-lois-non-napol-oniennes

(et merci pour le lien)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.