Recevoir Quindi en RSS ou E-mail

  • http://www.wikio.fr
  • Pour recevoir Quindi directement sur e-mail, insérez votre adresse:

     

Quindi est membre

Quindi est lu dans 150 pays, tante grazie!

Réseau Quindi

Mes Lectures et DVD sur Amazon

Urgences

  • Image hébergée par servimg.com

Quindi Digest (AGS, EcoDem, Echiquier, Blogs RI)

Traduire

Flux

  • Creative Commons License

    PageRank Actuel
    Nethique.info

« Quindi... Après 11 années de gestion travailliste, la triade politique reprend le dessus au Royaume Uni | Accueil | Quindi.... Birmanie: Le Devoir d'Ingérence Humanitaire »

11 mai 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Diego

Très intéressant.

Et je partage assez ton avis modéré sur la question. Ne connaissant pas en détail la situation géopolitique en en Bolivie, je suis convaincu que l'autonomie des régions riches, qui pourrait aller jusqu'à la sécession, n'est pas une bonne chose dans l'absolu. Car si j'ai bien compris, c'est plus une autonomie type Ligue du Nord, donc inégalitaire, qui est demandée plus qu'une décentralisation pour accorder plus de libertés aux régions.

Je pense qu'il est nécessaire que les régions de l'Est soient autonomes, mais qu'elles se plient aussi à des règles de redistribution des richesses en faveur de l'ouest qui si je ne m'abuse concentrent le plus haut taux de pauvres et d'indigènes...

Le problème c'est qu'on a à faire de part et d'autres à des partis qui refusent la modération et le dialogue.

D'un côté, un Evo Morales, au discours chaviste très prononcé et qui n'est pas à l'abri de cautionner des dérives éthnicistes, donc racistes pour se garantir le soutien de son aile gauche.

D'un autre côté une droite libérale qui méprise la démocratie et prétend revenir au capitalisme sauvage d'antan.

Morales n'est clairement pas une figure qui permet d'apaiser le conflit dans cette histoire. Et les démocrates européens auraient aussi torts de soutenir les partis de droite d'opposition à Morales.

Il est dommage que la social-démocratie en Bolivie se soit totalement décrédibilisée car à mon avis seul un parti avec à sa tête quelqu'un comme Lula pouvait éviter de tels problèmes à la Bolivie.

ArnaudH

Salut Diego,

Le référendum national sur l'autonomie des départements ayant échoué en 2006, il n'est pas très clair de quel type d'autonomie il s'agit exactement - le flou est entretenu par les différentes parties - mais en effet cela semble être cohérent avec le programme de la Ligue du Nord (prise de décision locale, dévolution fiscale) sauf pour l'aspect régional. Il n'est pas encore clair si les départements autonomistes boliviennes ont un projet commun - flou volontairement entretenu pour éviter une escalade militaire - à l'image de la Padanie. Mais oui, il s'agit bien d'un projet inégalitaire, qui défavoriserait les régions orientales, bien plus pauvres.

Je ne me suis pas étendu sur le discours ethniciste de Morales, mais en effet, il favorise l'émergence de nations indiennes quechua et aymara, y compris sous la forme de regroupements administratifs nouveaux: "Régional" (III. Titre 1, Chap. 3) et en "Autonomie paysanne indigène d'origine" (III. Titre 1, Chap.7) - territoriales, régionales, ou municipales -, ou encore sur des compétences juridiques spécifiques (II. Titre 3, Chap.4). Cette initiative poserait de véritables problèmes car 70% des boliviens se disent métis et les départements de l'est du pays ne pourraient être regroupés / scindés selon les même critères ethnicistes (c'est un des points majeurs de divergences qui a eu lieu lors des discussions de la constituante - les chapitres en question sur les juridictions et administrations indiennes sont mentionnés entre parenthèses). Par contre, il y avait sûrement une marge de négociation possible entre les départements orientaux et occidentaux pour accorder une plus grande "dévolution" aux différentes autonomies indiennes de l'ouest en échange d'une plus grande autonomie économique aux départements de l'est. Même si je suis d'accord sur le principe d'une plus grande reconnaissance envers les populations indiennes, et de leur réserver un statut spécifique dans la nouvelle constitution, il me semble que cela ne peut pas se faire sans compromis aux autres acteurs nationaux boliviens, afin d'éviter un embrasement social à répétition. C'est dommage, car il y avait des choses très intéressantes dans cette nouvelle constitution comme les tribunaux à compétence agro-environnementale.
http://www.latinreporters.com/bolivieConstitutionProjetDefinitifMorales122007.pdf

Je suis d'accord, c'est bien des figures plus centristes / socio-démocrates qui peuvent restaurer un équilibre et pérenniser un système économique viable dans les pays latino-américains. Mais pas tout le monde n'a des Lula à disposition... (une autre figure de la social-démocratie brésilienne très intéressante est Fernando Henrique Cardoso).

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.