Recevoir Quindi en RSS ou E-mail

  • http://www.wikio.fr
  • Pour recevoir Quindi directement sur e-mail, insérez votre adresse:

     

Quindi est membre

Quindi est lu dans 150 pays, tante grazie!

Réseau Quindi

Mes Lectures et DVD sur Amazon

Urgences

  • Image hébergée par servimg.com

Quindi Digest (AGS, EcoDem, Echiquier, Blogs RI)

Traduire

Flux

  • Creative Commons License

    PageRank Actuel
    Nethique.info

« Quindi... L’Irak est toujours à la merci du Mouvement Sadr, de l’Armée Islamique en Irak, des Cheikhs sunnites, de la présence américaine et des actions de (dé)stabilisation de ses voisins | Accueil | Quindi... La difficile articulation entre l'OTAN élargie, la redéfinition de son rôle militaire, et la défense européenne »

05 avril 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

L'Hérétique

Tu m'impressionnes Arnaud. Tu n'es pas bon, tu es hyper-bon.
Je reste sans voix. J'ai relayé plusieurs éléments de ton analyse sur mon blog. J'aime beaucoup ton idée de système confédéral.

houhou

Oui, un système confédéral peut apporter de nombreuses solution et pas seulement en Afghanistan.
Je regrette qu'on n'est pas mieux détaillé les origines de ce conflit qui a démarré en 1978 avec la guerre froide qui a fait d'énormes dégâts dans la plupart des pays du tiers-monde en Asie, en Afrique et en Amériqe latine.
c'est à cette époque que les mouvements islamistes ont été instrumentalisés dans le monde arabe pensant qu'ils seront un rempart parfait contre le communisme et les choses se sont accélérés à la cute du bloc soviétique quand l'Amérique bushiste s'est sentie investie d'une mission évangeliste en montrant du doigt son ennemi: l'Islam. L'erreur fatale fut la première guerre du golf menée contre un Etat laïc : l'IRAK, le vrai rempart contre l'islamisme sunnite et chiite: le seul état qui était capable d'empêcher tout extension de l'intégrisme.
La politique américaine était dictée à cette époque par le lobby sioniste qui a pesé de tout son poids sur la politique étrangère américaine. On en reparlera plus tard.
Ben Laden n'est que le rejeton de la politique américaine au moyen -orient. Le reste n'est que bavardage. en s'installant en Arabie saoudite, les USA ont donné les plus beaux arguments aux fous de Dieu. Le reste découle de cela. l'internationale islamiste du Maghreb aux Philippines n'est que le résultat des plans américains de conquête du pétrole d'Arabie.
Tout aurait pu être réglé de manière politique. Les faucons de la maison blanche, en ont décidé autrement.
Et je suis persuadé que la liste des morts au combat en Afghanistan, en Irak et ailleurs continuera à s'allonger tant qu'un seul soldat américain restera en Arabie. L'occident n'a pas les moyens du guerre de longue haleine

ArnaudH

@ L'Hérétique: c'est trop d'honneur; une version brève des points saillants pourrait être utile (surtout vu le passage sur ton blog); la formule confédérale est du Commandant Massoud surtout, il connaissait mieux que quiconque les aléas de son pays et y avait réfléchi longuement; dommage qu'on ait pas su l'écouter à l'époque.

@ Houhou: il y a des tendances sous-jacentes tribales à ce conflit qui remontent encore plus loin (au moins au XIXème siècle, pour ne pas dire beaucoup plus), ces tendances tribales, puis religieuses (sunnites / chiites) se sont par la suite internationalisées au XXème siècle. Les américain n'ont que (mal) joué sur une tendance pré-existante. Après, en effet, la géopolitique du pétrole, de "containment" de l'URSS, et aujourd'hui de "containment" d'Al Qaïda et des Talibans, ont joué / jouent un rôle primordial dans la gestion du conflit afghan et aussi celui d'Irak (à titre d'exemple, Karzaï a travaillé en tant que consultant pour la société américaine UNOCAL d'exploration et transport pétrolier qui envisageait la construction d'un pipeline à travers l'Afghanistan. Est-ce qu'un retrait d'Arabie Saoudite aurait satisfait Ben Laden... je ne le pense pas (malgré ses écrits), surtout compte tenu des tendances idéologiquement salafistes de son entourage et des principales composante d'Al Qaïda.

Frédéric

Trés long et fouillé article. Je vais en faire une copie papier, mon écran n'étant trop recommandé pour une longue lecture.

Concernant l'Iraq ''laic'', il s'agit d'une belle illusion datant de l'alliance franco-irakienne des années 1970, Houhou se trompe ''d'ennemi'', ce qui ne m'étonne pas vut sa prose. Qui à inscrit ''Allah est grand'' sur le drapeau Irakien en 92 aprés sa défaite pour avoir tenté de faire le hold up du siécle ? ce n'est pas ''le lobby juif'' ni les présidents Bush pére et fils.

Je lui suggére de lire ''Dans le secret des Princes'' d'Alexandre de Marenches, le prince des espions de notre république dans les années 1970, sortie en 1986 alors que S Hussein était ''notre meilleur ami'', il y apprendra pourquoi nous nous sommes acquoninés avec celui ci et pourquoi les Américains ont laché le Shah, pour ce dernier, c'est la méme raison que fait le régime islamiste de Téhéran est à couteaux tirés avec l'Occident aujourd'hui, le NUCLEAIRE. Plus que le controle des ressources pétroliéres, c'est voir la ''Bombe'' dans cette région ultra sensible qui fait frémir d'horreur les chancelleries occidentales. Le Pakistan avec ses essais ont était une trés mauvaises surprisespour Washington qui à par 2 fois empéché une guerre nucléaire entre l'Inde et le Pakistan, un larron de plus assit une montagne de pétrodollars est un cauchemar qu'ils ne veulent pas voir.

Alcibiade

Arnaud, chapeau!

Ces 2 derniers billets sont des must du genre. Nous nous associons bien volontiers aux propos de l'Hérétique.

En tout cas, on est très loin des salmigondis simlificateurs et populistes déversés cette semaine par le président français et son pseudo-ministre de la défense (cf sur Riposte : http://www.france5.fr/ripostes/video.cfm?file=http://www.france5.fr/images/emissions/008867/26/riposte_20080406.asx
)

Pour avoir, il y a vingt ans rencontré des lieutenants de Massoud, nous ouvons confier qu'en effet, ils avaient très tôt pensé déjà à une solution confédérale d'autant qu'ils avaient pleinement conscience (à l'époque de l'occupation soviétique dont nombre de tribus pachtounes, tadjiks et même ouzbeks patissaient pourtant) de la difficulté d'un Etat centralisé dès lors que les différences etniques ont été entretenues et alimentées par l'extérieur (anglais, russes, américains aujourd'hui) depuis des siècles.

Aurélien

Déjà dit sur le blog de l'Hérétique, mais ce billet (terme bien trop réducteur ici) est effectivement impressionnant. C'est plus qu'un plaisir, c'est un soulagement de découvrir de tels espaces de réflexions aussi poussées qu'humbles.

Je viens le répéter ici pour te remercier d'avoir ajouté mon petit bord de fenêtre à ta blogroll. Je te renvoie bien sûr l'ascenseur.


ArnaudH

@ Alcibiade: Merci beaucoup; je n'avais pas vu l'émission de Riposte, en effet, la "façon plus positive de voir les choses", le "génie commun", la "communauté d'intérêts", « l’afghanisation », le lien direct entre Afghanistan / Attentats en Europe, la faiblesse analytique d’une simple différenciation entre Talibans et Terroristes, démontrent à quel point Hervé Morin n’a pas suffisamment creusé tous ces concepts, ce qui est perturbant par rapport aux enjeux de ce conflit, du rôle de la France dans le monde, et de l’OTAN...

Tout à fait d’accord sur la manipulation des différences ethniques qui continue; aujourd’hui, tout comme les américains, c’est surtout les voisins de l’Afghanistan (voire les tribus locales elles-mêmes aux frontières afghanes) qui jouent sur ces tensions internes…

Quelle chance d’avoir pu connaître les hommes de Massoud (tout comme le Général Morillon), je vous envie !

@Aurélien : Merci beaucoup pour ce commentaire et le lien ; j’ai aussi beaucoup d’espoir pour l’avenir, ainsi que pour la construction d’une force de propositions alternatives, quand je vois le niveau des débats et des commentaires de politique étrangère sur certains blogs, dont les vôtres (« La France de toutes nos forces » ; « Démocratie et Hérésie Economique » ; « Du bord de ma fenêtre… »)

d0m1

ArnaudH :

1 - j'ai lu quelque part qu'il était envisagé de détruire les cultures de pavot avec "l'agent orange", soit le napalm. Ceci interdirait donc toute autre culture pour les années à venir, ce qui ne semble pas judicieux. Tu as des infos ?

2 - ce concept de guerre "à géométrie variable", tu l'as développé ?

3 - j'avoue que j'ai du mal avec cette idée de talibans non liés à Al Quaïda, il y a sans doute moyen de s'en assurer, mais...

ArnaudH

Bonsoir Dom,

1. Rien de très précis, je te ferai suivre ce que je trouve. Ce que je sais c'est qu'il s'agissait des techniques utilisées en Colombie ("Plan Colombia") et en Bolivie qui n'ont pas rencontré un grand succès; en cas d'éradication des terres de production, alors la reconversion est impossible (sans parler des risques sanitaires à long terme comme au Vietnam), et les producteurs ne font qu'aller plus loin et chercher à mieux dissimuler leurs champs.

2. S'il s'agit des guerres asymétriques, non car ce concept est très impopulaire parmi les géopolitologues, qui considèrent que toutes les guerres sont asymétriques (une guerre conventionnelle équilibrée est une construction intellectuelle très théorique). S'il s'agit de guerres impliquant des composantes civiles (services sociaux de base, reconstruction, développement), rapprochement politique local, actions anti-terroriste, de maintien de la paix, de guerres conventionnelles, etc., en fait il s'agit d'un concept en développement au sein des structures militaires / civiles du Pentagone, de l'OTAN et la PESD (cf. billet OTAN); la seule autre guerre ou cela s'applique pour le moment, de manière quelque peu différente, est celle d'Irak (voir billet antérieur à celui-ci):
http://www.quindiblog.eu/log/2008/04/quindi-lirak-es.html
J'ai aussi développé un modèle théorique pour une intervention en Birmanie (qui correspond à une intervention multiforme (composantes humanitaires, et si nécessaires militaires, politiques nationale, politiques en accord avec les minorités et les guérillas historiques, et politiques régionales pour réinsérer le pays dans son environnement géostratégique afin d'éviter tout conflit secondaire):
http://www.quindiblog.eu/log/2008/05/quindi-birmanie.html
Sinon ce modèle de réflexion existe au sein des opérations de maintien de la paix de l'ONU depuis longtemps, car c'est la seule option permettant de sortir d'une opération de maintien de la paix pour créer une situation de résolution de conflit (et donc d'extraction des militaires envoyés en un premier temps). Il existe de nombreux exemples historiques réussis (Cambodge, Mozambique, Salvador, etc.) ou en cours (Chypre, Bosnie, Timor Oriental, Haïti, etc.). Quelques interventions de ce genre ont totalement échoué (Somalie, Liban). Voici deux billets (Chypre, Timor) traitant, entre autres, des différentes composantes des opérations de l'ONU (je pense en faire un autre dans les semaines qui viennent sur une potentielle intervention en Somalie de l'ONU dans les mois à venir):
http://www.quindiblog.eu/log/2008/02/quindi-le-nouve.html
http://www.quindiblog.eu/log/2008/02/quindi-attentat.html

3. Il faut prendre en compte que les Talibans sont une organisation très décentralisée, composée de chefs de guerres (Sheikhs) locaux. La distinction entre les Talibans liés à Al Qaïda, et ceux qui ne le sont que très peu, ne peut se faire que sur le terrain en fonction des informations obtenues par les renseignements afghans et internationaux. L'idée d'une telle distinction ne vient pas de moi mais des représentants européens sur place en fonction des informations du SIS, la DGSE, la CIA etc. Ce genre de distinction pour des combats de guérilla très durs a déjà du s'opérer sur d'autres théâtre d'opérations comme l'Algérie suite à la guerre civile des années 90. Les amnisties distribuées étaient conditionnelles en fonction des informations obtenues sur les exactions de chaque groupe armé. En Algérie, comme en Irak, la dureté des combats menés par Al Qaïda et ses groupes d'origine (AQMI - GSPC en Algérie; AQI - Jama'at Al Tawhid Wal Jihad en Irak), avec des attentats suicide (et autres attentats plus graves) ne permettent pas de faire la paix avec eux. Cela ne s'applique pas aux autres combattants qui mènent des guerres plus "conventionnelles" (actions de guérilla classiques).

d0m1

Combattre, reconstruire, user de propagande…oui, mais ce sont des jeunes gens qui sont là-bas, et demain, c’est la fête des mères ; je vais donc m’autoriser une régression, et passer de l’autre côté, et regarder avec les yeux de l’autochtone.

Le jour…
Soldat, tu me donnes de l’eau et de la lumière, sois-en remercié.
Tu reconstruis mon pays, mais vois-tu, je n’aime pas trop que tu tentes d’organiser mon chaos.
Soldat, tu traques mes frères…
De part ta compétence ou ta maladresse, nous rendons leur corps à la terre.

Et la nuit…
…je partage le pain avec nos combattants.
Ou mon cœur incline vers eux,
Ou mon être tout entier tremble devant eux,
Ou : les deux dans le même temps,
Ou…je suis l’un d’eux.

Tu foules ma terre, soldat !
Prends garde à toi…

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.